De la Brasserie Coopérative de Mons à Heineken

Heineken, 2ème brasseur mondial, 1er en Europe, qui possède 115 brasseries dans le monde, est installé sur la zone industrielle de la Pilaterie dans la rue du houblon, bien nommée, à Mons-en-Barœul près de Lille. Ce sont 132 références de bière qui sortent de cette usine gigantesque qui s'étale sur 24 hectares avec une capacité de production de 3,5 millions d'hectolitres par an. Cette brasserie est la suite d'une longue tradition locale car il y avait plusieurs brasseries à Mons. Il reste cette seule brasserie qui était au départ la Brasserie de Léon Delattre fondée en 1881, puis poursuivie par la famille Waymel devenue Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul le 31 décembre 1903, puis la Brasserie Pélican productrice des bières Pelforth. En 1972 la brasserie est rebaptisée, prenant le nom de la bière Pelforth, lancée en 1937. La Brasserie Pelforth fusionne avec de nombreuses brasseries dont la Brasserie Carlier de Coudekerque-Branche (près de Dunkerque) et devient Pelforth SA. Vers 1980, les Brasseries et Glacières d'Indochine (devenues Brasseries et Glacières Internationales) par l'intermédiaire de leur filiale Union de Brasserie prennent la majorité du capital, puis par la suite s'associe avec Heineken France pour former la Société Générale de Brasseries (SOGEBRA) qui deviendra en 1986 la Française de Brasserie (FRABRA). Jusqu'en 1987 le siège social est situé rue Delphin-Petit à Lille. En 1993 la Française de Brasserie (FRABRA) devient Brasseries Heineken avec 3 sites de production à Marseille, Schiltigheim et Mons-en-Barœul.

L'exposition MONS-EN-BRASSERIES aura lieu dans le nid même du Pélican du samedi 21 au dimanche 29 octobre 2017, avec un vernissage le vendredi 20 octobre à 18h


L'association Eugénies vous convie à partager sans modération un temps " forth " !



 " MONS-EN-BRASSERIES " ou " La saga du Pélican "



Il nous fallait patienter au moins jusqu'en 2017, la disponibilité d'une salle conséquente à Mons-en-Barœul. Mais depuis le plan Vigipirate est venu compliquer cette organisation. Nous avons collecté des documents exceptionnels qui dépassent le millier et avons déniché quelques rares pièces, dont une partie pourra être présentée lors de cette première exposition consacrée aux brasseries monsoises. 


Dans la cour de la Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul, à l'aide du tinet, deux ouvriers ajoutent un tonneau, sous œil du contremaître. L'attelage est prêt à partir tirés par les deux chevaux qui connaissent la route par cœur. Collection personnelle Jacques Desbarbieux © Reproduction interdite


Quelques objets avaient été exposés, en avant-première, à Lille, à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le week-end des 17 et 18 septembre 2016.



« Mons-en-Brasseries », le patrimoine brassicole résumé dans une exposition

L’association « Eugénies » propose à partir de ce vendredi 20 octobre 2017 une exposition sur le patrimoine brassicole. L’une des plus vieilles brasseries de la commune est toujours en activité sous le pavillon Heineken. C’est, l’une des plus importantes d’Europe. Elle est le dernier jalon d’une histoire plus que centenaire.

« Cette exposition s’intitule « Mons-en-Brasseries », avec deux traits d’union. Ils soulignent que l’histoire de la bière, ici, est une aventure partagée, mêlant le patrimoine et le travail des hommes », préviennent Jacques Desbarbieux et Guy Selosse, chevilles ouvrières de la manifestation. Cette idée d’exposition traîne dans les cartons d’Eugénies depuis plusieurs années. Elle aurait dû se tenir à Paris mais elle n’a pas eu  lieu. Finalement, elle ressurgit à Mons, berceau de la bière, à deux pas de la brasserie historique Heineken. 

Jacques Desbarbieux, le président de l’association Eugénies collectionne les objets et documents associés à la bière depuis plus de trente ans.  « Je possède plus de mille pièces  et plus encore de photos qui évoquent  la bière et son histoire… surtout sur la commune », explique-t-il. On ne verra pas tous ces trésors dans l’exposition. Seulement les plus beaux, les plus rares, les moins connus : en tout 180 objets choisis avec soin. Les photos et documents seront répartis dans 27 panneaux de 40X40 cm. Si ces dimensions sont relativement modestes elles  vont parfaitement se marier avec le côté « cocon » de la salle d’exposition du Fort. Ce dispositif scénographique sera aussi parfait pour proposer au public des originaux plutôt que des reproductions.

 « La brasserie actuelle, a perduré aux dépens de beaucoup d’autres à la suite d’une très longue histoire. C’est l’un des thèmes de l’exposition », poursuivent les deux organisateurs. « Il y avait à Mons tout ce qu’il fallait produire de la bière, de l’orge, du houblon et surtout de l’eau en qualité et abondance. La « Brasserie Coopérative de Mons » avait été établie en 1903 sur un grand terrain entouré de terres agricoles. C’est ce qui a permis d’en faire, au cours des années, un site gigantesque qui correspond aux besoins modernes de l’industrie brassicole. Mais, notre exposition n’est pas entièrement consacrée à ce qu’est devenue la brasserie Heineken. Il y a 150 ans il y avait une foule de petites brasseries dans la métropole. Elles ont été progressivement absorbées par les plus grosses. Le paradoxe c’est que les petites brasseries reviennent, comme « Page 24 » à Aix Noulette ou Cambier à Croix. Elles proposent des bières de qualité s’inspirant des recettes du passé ».

« Tout savoir sur la bière » : mode d’emploi

La visite de l’exposition s’impose : Fort de Mons, rue de Normandie, métro Fort de Mons. Vernissage le vendredi 20 octobre à 18 h. Du 21 au 29 octobre : week-end de 10 h à 19 h ; semaine de 14 h à 19 h.

On pourra se procurer sur les lieux de l’exposition l’ouvrage paru en juin dernier, « Les brasseries de Mons-en-Barœul », 36 pages illustrées. La brochure reprend le contenu de l’exposition sauf quelques documents très récents.

Le site, disponible à l’adresse qui suit « http://brasseriesdemons.blogspot.fr », tenu par l’association Eugénies (de loin le plus complet de toute la « toile ») propose une information exhaustive sur le sujet.